vendredi 28 juillet 2017

Réagir contre l'enfance maltraitée



Aujourd'hui, c'est un message personnel et universel que je vous adresse.
Un message pour réagir contre l'enfance maltraitée et pour aider des enfants maltraités que je connais.
Ensemble, nous pouvons lutter contre la maltraitance. 

 Avoir été un(e) enfant maltraité(e)


Sur ce blog, je vous ai expliqué que j'avais été maltraitée lorsque j'étais enfant. On n'oublie jamais une histoire comme la mienne, en revanche on peut apprendre à vivre avec, on peut apprendre à se pardonner car, oui, l'enfant maltraité croit toujours être coupable. 
Plus jeune, j'ai entendu ou lu des appels à la vigilance... comme si un enfant maltraité devenait maltraitant... Cela m'a toujours semblé étrange : au lieu de prendre soin de cet enfant victime, on lui dit que tout est fini et on anticipe un possible suspect...
Je connais plusieurs parents maltraitants, y compris celui qui fut mon bourreau, et qui n'avaient pas été maltraités. Ne leur trouvons aucune excuse
Je connais plusieurs anciens enfants maltraités et qui ne sont pas maltraitants, y compris moi. Ne condamnons pas les enfants maltraités, ne préjugeons pas de leur avenir.
Cependant, certains ne dépassent pas le stade d'enfant maltraité et restent des victimes qui parviennent difficilement à avancer, cela dépend aussi du regard qu'on pose sur eux, de l'autorisation accordée pour pleurer. Les souffrances sont grandes, il faut les digérer. Donnons leur ce temps, ne minimisons pas ce qui a été vécu. 
Et croyons en eux.

Entendre un(e) enfant maltraité(e)


Trop souvent, dans mon enfance puis mon adolescence, les regards se sont détournés. 
Pourtant, j'ai souvent crié à l'aide. Parfois, il me trainait sur le sol et je hurlais "aidez-moi" dans l'indifférence totale. Seule ma mère et mes frères couraient. Les adultes restaient assis à plaisanter, à boire, à manger, le temps qu'il me frappe, qu'il me maltraite. 

Vous croyez que ça n'existe plus ? Détrompez-vous... C'est dérangeant la souffrance enfantine surtout lorsqu'elle est sous votre nez. 
Actuellement, j'écoute des enfants maltraités... et je vois des regards se détourner... 
Certains disent "je ne veux pas m'en mêler"... "je ne veux pas prendre de parti"... Il ne s'agit pas de choisir entre un homme et une femme, il s'agit de regarder l'enfant, d'agir pour lui... 
Des enfants meurent en France. 
Chaque jour, deux enfants meurent sous les coups... Chaque jour... 
Et les enfants qui meurent en s'ôtant la vie ne sont même pas comptabilisés...

Autrefois j'ai voulu mourir. 
Mourir parce que j'avais vécu dans la terreur durant 16 ans, parce qu'elle était ancrée dans mon corps et mon âme.
Chaque jour, j'étais frappée, insultée, maltraitée. J'ai été menacée par un fusil, j'ai reçu des coups de fourche dans le postérieur. Il me réveillait en enfonçant l'oreiller sur ma bouche... Il imaginait toujours pire...Vous décrire toutes les tortures qu'il m'a infligées serait trop long et puis pas envie de me souvenir de tout ça malgré tout... Il n'a pas réussi à me tuer physiquement, il m'avait tuée psychologiquement. 
Et pourtant, à force de volonté personnelle et d'amour reçu, j'ai survécu. J'ai appris à vivre et non à survivre. J'ai aimé toujours plus mon prochain comme pour effacer toute la noirceur que j'ai pu rencontrer... 

Non, ce n'est pas un mauvais rêve, c'est une réalité. 
Ne tournons pas la tête... 
Ce n'est pas toujours facile de savoir s'il y a maltraitance ou mauvais caractère d'un parent, le parent maltraitant met souvent une limite publique, je viens de le vivre... Mais lorsqu'on sait, sortons la tête du sable. 
Les enfants ont besoin de nous. 
En cas de doute réel et sérieux, observez les enfants et appelez une association ou le 119.
Et si on fait appel à vous, ne prenez pas parti pour les adultes, prenez parti pour les enfants.

Un appel aux dons pour des proches...


Si je n'ai jamais eu honte de parler de mon passé car je crois important d'en parler pour tous ceux qui vivent actuellement ce que j'ai vécu, je ne pensais pas m'étendre sur le sujet ici. C'était avant... avant que la vie ne me joue un vilain tour en infligeant des maltraitances à des proches... 

Depuis des mois, je me bats à leurs côtés pour qu'ils aient la meilleure enfance possible... Mais, aujourd'hui, ils ont besoin d'un coup de pouce extérieur... En effet, ils ont besoin d'une voiture et en raison de nombreuses dettes contractées par une mère joueuse, des frais judiciaires, le papa ne peut pas l'acheter... 
Nul besoin de donner des dizaines d'euros, même un euro peut suffire, les petits gestes s'accumulent.
Les petits gestes sont également de petites attentions pour ces trois enfants qui m'ont prêté leur doudou le temps d'une photo dans l'espoir qu'on leur tende la main... 
Merci de m'aider à leur rendre la vie enfin plus douce...

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt ! 

Mes livres sur l'instruction à domicile : 


Ici, inscription à la newsletter pour ne manquer aucun billet (si le cadre ne s'affiche pas, supprimez addblock le temps de valider) :

4 commentaires:

  1. Tu as raison Isa Lise, la souffrance d'un enfant ne doit pas être passée sous silence. Il n'y avait pas de fourche ni d'oreiller, pourtant la maltraitance physique et psychologique étaient là, tapies, cherchant l'instant propice pour se montrer. Il n'a jamais compris qu'ils nous maltraitait, pour lui ça s'appelait élever ses enfants...Tu as raison Isa Lise et ce que tu fais est noble

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lui "nous dressait", disait-il...
      Je suis sincèrement désolée que toi aussi tu aies souffert...
      Merci pour ton petit mot.

      Supprimer
  2. Dans "La puissance des vaincus" de Wally Lamb, le beau-père utilisait des mêmes méthodes sur les jumeaux et en particulier le plus fragile. Pour soi-disant "mieux le préparer à affronter la vie"...

    Comment ne pas frémir face à tant de cruauté et de bêtise ?
    Un enfant n'affronte jamais mieux les aléas de la vie qu'avec des réserves d'amour accumulés durant son enfance. Qu'on se le dise !

    Je souhaite vraiment que ton appel sera entendu.
    Très sincèrement avec vous dans cette épreuve.
    Bises. Valérie

    RépondreSupprimer